Tuesday, April 26, 2011

Manifeste du parti communiste : ce que j'en retiens

J'ai récemment lu le manifeste du parti communiste. N'étant pas pro-communiste, je voulais simplement connaitre cet ouvrage de base, pour qui s'intéresse à la politique.

J'ai été frappé par 2 choses :
- Il a été écrit en 1847 et 1848, une éternité. Or, ses constats sont souvent en phase avec l'actualité, notamment sur la mondialisation, le constat de surproduction et l'humain soumis aux fluctuactions du marché comme une marchandise.
- La notion de prolétaire, base du livre, semble à la fois en voie de disparition, mais également, vu la hausse globale du coup de la vie (aliment, essence, etc.) en plein boom.

Voici les idées que j'ai retenu du livre, je les commenterai de temps en temps en italique :
Le communisme enlève pas le pouvoir de s'approprier des produis sociaux. il ôte juste le pouvoir d'asservir le travail d'autrui a l'aide de cette appropriation.

=> très très intéressant ! ainsi le communisme tolère la propriété !



Une épidémie de surproduction s'abat sur la société.
=> cf. Obsolescence programmée

Le communisme met en place la communauté des femmes : les bourgeois ont déjà a leur disposition les femmes et filles des prolétaires, ils débauchent aussi les femmes des autres bourgeois.
Au moins avec le communisme c'est franc et officiel, et ça prend la place de la prostitutuon officielle et non-officielle.
=> Celle là elle est bonne nan ? :)




Les commerçants, artisans, classes moyennes, les petits industriels, sont conservateurs. Ils défendent leurs intérêts futurs, combattent la bourgeoisie pour ne pas devenir proletaire, ils sont donc réactionnaire.
=> L'avènement de la classe moyenne, je me rend compte, a aussi permis la sécurisation d'un système, le capitalisme. La classe moyenne défend ses intérêt futurs et lutte contre la "baisse du pouvoir d'achat". Elle lutte contre la bourgeoisie mais uniquement pour protéger son statut social. Cela ne lui enlève pas sa capacité de lutte et de défense d'une redistribution plus juste des richesse.


L'Etat représentatif gère les affaires des bourgeois.

Le pouvoir de la bourgeoisie est maintenu par bouleversement constant de la production et des conditions sociales : cela créé une insécurité, et rend impossible le renforcement de corps sociaux.
=> mondialisation / chômage / baisse de la protection sociale

La mondialisation est le nouveau relai de la bourgeoisie, elle enlève toute racine nationale.

Le commerce est l'arme des bourgeois, qui cherchent la concentration des moyens de production dans peu de mains, la concentration des gens dans des grosses villes, et la centralisation politique.

Les prolétaires sont exposés aux fluctuations du marché comme n'importe quel produit, marchandise.

Les innovations en terme de moyens de communication sont vecteurs de transformation de lutte des isolés en lutte des classes.
=> en 1847, c'est visionnaire, on est dedans là avec Internet.

Le prolétariat n'est pas composé de gens qui n'ont rien, il recrute aussi chez les entrepreuneurs qui n'ont pas assez de capital et ne s'en sortent pas

La seule lutte qui vaille : la révolution, éliminer tout ce qui est privé.

Les lois, la morale, la religion : ce sont des outils de bourgeois.

Pour opprimer il faut assurer une condition d'existence qui permette de vivre dans la servitude. Si la bourgeoisie ne parvient pas à ce résultat, si elle ne peut pas assurer l'existance de son esclave, elle est obligé de le nourrir.
=> toute ressemblance avec ce qui se passe avec le FMI, l'aide alimentaire mondiale est fortuite.

L'association du prolétariat est la clé de tout.

Le communisme est l'abolition de la propriété privée (bourgeoise).
Cela n'impactera et suscitera le désaccord que de 1/10 de la population mondiale car 9/10 ne possède rien.

Dans la société bourgeoise : le capital est indépendant et personnel. L'individu qui travaille n'a ni indépendance ni personnalité.

Quand le bourgeois parle de menacer la liberté, il parle de sa liberté d'accumuler du capital, de commercer.

Convertir le travail en capital est une rente, un pouvoir social : c'est un truc de bourgeois.

Le communisme abolit la famille : ce n'est pas un problème car elle n'existe pas pour les non bourgeois, detruite par la grande industrie.

Avec la mondialisation, la nation et la patrie n'existent plus. La fin de l'exploitation de l'homme par l'homme entraîne la fin de l'exploitation d'une nation par une autre, et les rivalités nationales.

Le communisme supprime morale et religion.

En terme de mesures économiques, le communisme propose (copier coller du livre) :
- Expropriation de la propriété foncière et affectation de la rente foncière aux dépenses de l'Etat.
Impôt fortement progressif.
- Abolition de l'héritage.
- Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles.
- Centralisation du crédit entre les mains de l'Etat, au moyen d'une banque nationale, dont le capital appartiendra à l'Etat et qui jouira d'un monopole exclusif.
- Centralisation entre les mains de l'Etat de tous les moyens de transport.
- Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production; défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d'après un plan d'ensemble.
- Travail obligatoire pour tous; organisation d'armées industrielles, particulièrement pour l'agriculture.
- Combinaison du travail agricole et du travail industriel; mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre la ville et la campagne.
- Education publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail des enfants dans les fabriques tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Combinaison de l'éducation avec la production matérielle, etc.

Friday, April 22, 2011

Obsolescence programmée : Imaginez un monde sans !!

Suite à mon premier billet sur l'obsolescence prgrammée, voici une petite réflexion sur ce que ça pourrait donner un monde sans...

Le monde sans obsolescence programmée



  • Un chômage monstre,

  • Les PIB tombent, les bourses aussi, la finance dérape, le capitalisme vacille,

  • Plus de centres commerciaux, plus de "shopping",

  • La Chine est balayée par les révoltes

  • Les déficits US sont plus financés, le pays frise la bancroute

  • La planète respire,

  • On refond l'organisation du travail, tout le monde passe a temps partiel, on découvre le temps libre, la vie plus lente, plus calme, plus pauvre aussi

  • On achète, dans sa vie, 2 ou 3 voitures, pareil pour les équipements ménagers,

  • On jette moins,

  • Les ingénieurs sont heureux d'enfin utiliser leur savoir pour créer des produits qui sont en accord avec les besoins de leur cible, et non pas du business,

  • Avec ce frein à l'innovation qui tombe, on redécouvre des brevets d'ampoules qui durent une vie, on s'étonne d'arriver à produire de l'électroménagers qui dure 50 ans,

  • La réparation devient la norme, on ne jette plus un vieux PC, on le répare, pareil pour ses voitures, ses meubles, etc.


A quoi cela ressemblera le monde sans obsolescence programmée pour vous ?
Difficile d'imaginer car jusque là, les seuls exemples relativement récents qu'on a sont ceux des pays communistes qui, de fait, produisaient des produits avec un objectif de durée maximale...

Tuesday, April 19, 2011

Obsolescence programmée : Avènement du prêt à jeter

Ce petit billet fait suite au documentaire de Cosima Dannoritzer intitulé "Prêt à jeter" que j'ai vu récemment. Ce documentaire traite de l'obsolescence programmée.

C'est quoi ?


C'est le fait de programmer l'usure ou la désuétude d'un produit pour que le consommateur en rachète un autre.

Le documentaire présente une ampoule qui scintille depuis 109 ans aux US, elle date du début du siècle... avant que le cartel des producteurs d'ampoules fixent comment standart 1000h de scintillement pour les ampoules.

Voilà, tout est dit. Avec la volonté de booster les ventes, créer de l'emploi, les industriels s'accordent sur des standards de durée de vie de leurs prduits limités.

Les imprimantes qui buggent au bout de quelques années, les ampoules qui grillent au bout de quelque temps, les collants qui filent... c'est pas un problème de compétences des ingénieurs, c'est une stratégie.

Exemple General Motors VS Ford


  • La Ford T était super résistante, et plutot austère  : 1 seul modèle...

  • Les General Motors étaient personnalisables, de nouveaux modèles sortaient chaque année (GM espérait qu'elles soient changées tous les 3 ans, pas plus, par leurs acheteurs).

Devinez qui a gagné ? GM ! Les Ford T sont devenues démodées...

Bernard London a voulu fixer légalement l’obsolescence d'un objet, mais en fait ce n'est pas nécessaire


Hé oui, cet homme, pour assurer au monde une croissance et un plein emploi sans fin, voulait fixer pour chaque objet une durée d'usage maximum. Il voulait fixer cette durée dans la loi et rendre illégal l'usage d'un bien plus longtemps que sa date d'obsolescence.

Ca vous paraît fou ? Ca l'est... mais finalement, la publicité, la propagande, le crédit, voir l'expertise technique ont permis de rendre l'obligation légale inutile.
On s'auto convainc de la nécessité de consommer des produits plus modernes/à la mode/innovants, on nous "offre" l'argent pour, et les biens s'auto "détruisent".

Exemple des bas de DuPont


DuPont avait demandé a ses ingénieurs de bosser sur le tissu Nylon pour en faire des bas. Ils voulaient faire que le bas en Nylon soit plus résistant que celui en coton en vogue à l’époque.

Sauf que les ingénieurs ont trop bien travaillés. Les bas en Nylon étaient trop résistants, presque in-filables. Du coup, on leur a demander de rendre leurs bas plus... fragiles. Ainsi DuPont ne mettrai pas la clé sous la porte.

La suite au prochain épisode...

Friday, April 15, 2011

Marketing : Pourquoi Renault aura TOUJOURS une image de m...

Renault Vel Satis Facelift
Renault Vel Satis Facelift (Photo credit: Wikipedia)
J'ai réalisé, il y a peu pourquoi Renault aura toujours une image de merde... C'est pourtant simple, mais je sais pas pourquoi, apparemment les marketeurs ont pas pigé...

In a nutshell, j'ai réalisé que comme pour le principe du maillon faible, une marque en terme d'image, était toujours associée a son maillon le plus faible, peu importe que tous les autres maillons soient en or.

Je m'explique. Renault fait des Twingo bas de gamme et des Clio bas de gamme... a partir de là, PERSONNE, je dis bien PERSONNE, ne peut oublier ce fait.

Peu importe que Renault fasse des Vel Satis et des super Laguna coupé qui flirtent avec les qualités des allemandes, ils font aussi des Clio de merde sous la marque Renault donc jamais ne se déferont de cette image.

Prenez Audi. Audi fait du bas de gamme ? Non. Mercedes, ils font du bas de gamme ? Non. (PS : Mercedes ont un autre problème, en tant que voiture ultra répendue des taxis parisiens, ils souffrent un peu de cette image  "caisse de taxi parisien"). BMW ? Pareil.

Bref, une marque n'est pas élastique. Une marque, de nos jours, où l'image est clé et où les gens n'ont plus de besoins mais des désirs, doit se mettre sur une gamme, et s'y tenir.

Apple ne fait pas de PC à mois de 1000 €, pareil pour Sony Vaio, et ce n'est pas parce qu'ils ne savent pas. C'est juste qu'ils ont construit une image, un positionnement...

Edit 25/05/2012 : Renault envisage de créer 2 marques haut de gamme : Alpine et Initiale Paris (beurk pour le 2ème nom) (source). ENFINNNN ! Comme je serai fier d'avoir la marque Alpine briller ;)
Enhanced by Zemanta

Tuesday, April 12, 2011

Université de la terre : La nouvelle finance au service de la nouvelle société

J'ai assisté, samedi 2 avril à l'"Université de la Terre", à l'UNESCO.

J'ai tout d'abord été super étonné et heureux de voire cette queue à l'entrée, et même ce blocage à l'entrée car il y avait trop de monde dans les locaux de l'UNESCO (qui ne sont pourtant énormes !!).

Je vous invite à aller aux prochaine, tous et toutes, car c'est un évènement intéressant et galvanisant, on se dit qu'on est plein à vouloir faire quelque chose pour aller vers un monde meilleur ;)

J'ai personnellement été voir la seule conf que j'avais la possibilité de voir, sur la "nouvelle finance".
En tant que grand fan de ces questions, je n'ai pas appris de choses transcendantes, mais j'ai passé un très bon moment aux côtés des 200-300 personnes dans la salle ... et du Directeur du Crédit Coopératif, le principal "sponsor" de cette conférence.

Moi qui me posait des questions de basculer mon épargne vers cette banque, cela me convainc de passer à l'acte.

Voici les messages principaux que j'ai capté sur la conf et qu je vous transmets :
  • L'investissement éthique en France c'est 1 à 2%
  • Jacques Généreux, auteur de la grande régression et militant au Parti de Gauche fait le constat que la régression que connait notre civilisation est du au fait que la fiance a les pleins pouvoirs.
  • La solution de Jacques Généreux ? Leur reprendre le pouvoir. En effet, la finance s'est pas imposée toute seule. Elle s'est imposée car des choix politiques (et une certaine connivence avec les politiques) lui a permis de prendre le contrôle.
  • Jean-Christophe Capelli, directeur de Friends Clear  : La finance actuelle est tellement gourmande et industrialisée que pour des projets à moins de 25 000 € et à rentabilité long terme, c'est mission impossible de trouver des financement par les banques. Il est nécessaire que l'Etat et les prêts directement consentis par les citoyens prennent le relais (via des sites comme friendsclear.com).
  • Claude Alphandery, Directeur du Crédit Coopératif : L'appel à sortir son argent des banques de Cantona a peut être pas marché mais pour le crédit coopératif, cela s'est traduit par des dizaines de milliers de demandes d'ouverture de comptes !
  • Jacques Généreux : Quand les banques se sont plantées avec la crise récente, l'Etat a épongé leurs dettes. On fait supporter au peuple les défauts de la libéralisation totale (grand n'importe quoi ?) du secteur financier.
  • Jacques Généreux  : Les Etats ont un pouvoir face au secteur financier.  Déjà, pour le financement des Etat, elles peuvent reprendre le contrôle en ne finançant pas leur budget public sur les marchés financiers (le Japon, par exemple fait ça, endetté auprès de Japonnais, le pays a 200% du PIB d'endettement et personne l’embête). Le financement peut passer par : les impôts, cotisations, épargnants et banques du territoire.
  • Jacques Généreux : Les Etats peuvent aussi tout simplement tuer la finance. En effet, si un pays dit aux marchés ''les gars, je rembourserai pas" ou, "je vous mets plein de brides". Que peuvent faire les marchés ? Rien. Le problème est qu'en faisant cela, il faut plus aller rien leur demander plus tard ;) Mais les Etats ont leur pouvoir de dire aux marchés, allez vous faire voir, je rembourserai pas et je vais rendre votre vie détestable, et les marchés pourront rien faire car à l'inverse des Etats... ils n'ont pas d'armée !
Jacques Généreux fait le promo de la proposition du parti de gauche "Gouverner face aux banques". Je vous mets le lien car c'est marrant de s'imaginer la mise en place de tout ceci. Je suis pas assez expert pour juger la faisabilité et la pertinence. Si vous êtes un expert en finance, je suis à votre écoute pour avoir votre avis !!!

Friday, April 8, 2011

Partager sa vie rend sa vie politiquement correcte, pensez-y...

"Providing information on your music consumption publicly can change it. A small study finds that people are willing to put a lot of effort into maintaining a desirable public image, yet they also want to be truthful."

La phrase qui résume une étude de Science Daily me semble très intéressante ! Partager sa musique la rendrait plus en phase avec l'image positive que l'on veut donner de soi....

Listez maintenant ce que vous partagez sur Facebook (et pour les plus geek : Twitter, Foursquare, Linkedin, Dismoiou, Spotify etc. ) et réflchissez à ce que vous ne partagez pas et à la façon dont vous partagez ce que vous partagez....

Hé oui, on s'auto manipule ;)

Morale de l'histoire ? Sa vie est à partager avec modération et ne croyez pas connaitre quelqu’un en se basant sur ce qu'il partage.

Tuesday, April 5, 2011

Deux phrases du jour : fini la croissance sans dette

Sur le blog de Paul Jorion, j'avais lu il y a quelques mois un article super, qui arrivait sur deux constats également géniaux :

- La dette s’accroît plus vite que la richesse créée avec ces nouvelles dettes.

- L’économie mondiale n’est plus capable de créer de la croissance sans dette.

Si vous voulez savoir pourquoi, lisez "La faillite inéluctable des Etats".

Friday, April 1, 2011

Flunch et American Express, deux exemples d'usage marketing deFoursquare

J'ai vu passer recemment deux usages intéressants de Foursquare.

Le premier, Flunch. Assez simple :


- Premier check-in dans un Flunch = café offert

- Vous êtes Mayor = tous les plats à 5€, tous les jours.

- Vous checkez 3 fois en quinze jours dans le même restaurant Flunch = un plat a -50% pour la personne qui vous accompagne (offre limitée à 11 000 bénéficiaires, et sur le blog, ils disent que ca y est, tout a été écoulé, personne ira vérifier...)

Sympa pour dynamiser l'image, et pas très cher, un café offert... et juste un mayor qui peut faire des petites économies, mais il y en a qu'un...
En plus, Flunch peut choper des infos sur ses clients...

American Express, un peu plus évlolue :


Amex propose de lier sa carte American Express a son compte Foursquare.
Un checkin dans les commerçants qui sont entrés dans le programme de fidélisation d'Amex = une promo. Ainsi Amex, peut tracker ses clients, les géolocaliser, et les fidéliser.
Je ne sais pas ce que Foursquare donne comme data à American Express mais s'ils donnes les infos qu'on donn a ses amis, c'est un joli coup : "vos « amis » peuvent voir la position et l'heure de chacun de vos check-ins, votre prénom et l'initiale de votre nom, votre e-mail, votre numéro de téléphone, votre photo, votre ville natale, vos titres de Mayor et badges, les liens vers vos comptes Twitter et Facebook (si vous avez lié ces comptes à votre compte foursquare), une liste de vos amis, les conseils dont vous êtes l'auteur et les articles de votre liste À faire" (source).

American Express a aussi lancé Social Currency où on partage avec ses amis, ses achats, ses envies. "J'ai acheté un Jeans Diesel 200€", "j'ai acheté des pâtes 2€"... L'appli est aussi basée sur Foursquare.
Encore une fois plein de données intéressantes ;)

C'est vraiment intéressant de voir l'usage marketing de Foursquare se former et je tenais à saluer ceux qui se risquent à tenter des choses (plutôt que de dire "pffff bulshit")