Obsolescence programmée : Avènement du prêt à jeter

Ce petit billet fait suite au documentaire de Cosima Dannoritzer intitulé "Prêt à jeter" que j'ai vu récemment. Ce documentaire traite de l'obsolescence programmée.

C'est quoi ?


C'est le fait de programmer l'usure ou la désuétude d'un produit pour que le consommateur en rachète un autre.

Le documentaire présente une ampoule qui scintille depuis 109 ans aux US, elle date du début du siècle... avant que le cartel des producteurs d'ampoules fixent comment standart 1000h de scintillement pour les ampoules.

Voilà, tout est dit. Avec la volonté de booster les ventes, créer de l'emploi, les industriels s'accordent sur des standards de durée de vie de leurs prduits limités.

Les imprimantes qui buggent au bout de quelques années, les ampoules qui grillent au bout de quelque temps, les collants qui filent... c'est pas un problème de compétences des ingénieurs, c'est une stratégie.

Exemple General Motors VS Ford


  • La Ford T était super résistante, et plutot austère  : 1 seul modèle...

  • Les General Motors étaient personnalisables, de nouveaux modèles sortaient chaque année (GM espérait qu'elles soient changées tous les 3 ans, pas plus, par leurs acheteurs).

Devinez qui a gagné ? GM ! Les Ford T sont devenues démodées...

Bernard London a voulu fixer légalement l’obsolescence d'un objet, mais en fait ce n'est pas nécessaire


Hé oui, cet homme, pour assurer au monde une croissance et un plein emploi sans fin, voulait fixer pour chaque objet une durée d'usage maximum. Il voulait fixer cette durée dans la loi et rendre illégal l'usage d'un bien plus longtemps que sa date d'obsolescence.

Ca vous paraît fou ? Ca l'est... mais finalement, la publicité, la propagande, le crédit, voir l'expertise technique ont permis de rendre l'obligation légale inutile.
On s'auto convainc de la nécessité de consommer des produits plus modernes/à la mode/innovants, on nous "offre" l'argent pour, et les biens s'auto "détruisent".

Exemple des bas de DuPont


DuPont avait demandé a ses ingénieurs de bosser sur le tissu Nylon pour en faire des bas. Ils voulaient faire que le bas en Nylon soit plus résistant que celui en coton en vogue à l’époque.

Sauf que les ingénieurs ont trop bien travaillés. Les bas en Nylon étaient trop résistants, presque in-filables. Du coup, on leur a demander de rendre leurs bas plus... fragiles. Ainsi DuPont ne mettrai pas la clé sous la porte.

La suite au prochain épisode...

Popular posts from this blog

La finance islamique, modèle de bon sens à suivre ?

Linchpin de Seth Godin : Le résumé en 20 points d'un livre à lire impérativement (1/2)

Tipadvisor: from pretty useless rating to useful tagging and filtering