Thursday, August 13, 2009

Les entreprises condamnées à la transparence

Billet express sur deux petits news intéressantes, qui montrent qu'avec les possibilités actuelles d'Internet, les entreprises sont condamnées à la transparence, qu'elles le veulent, ou non.
- Deux employés de Microsoft ouvrent un site non officiel de suggestions pour améliorer Office - ZDNet.fr

Commentaire : Intéressant pour Microsoft, car ses employés inventifs font un boulot très pertinent et comme ce n'est pas MS qui pilote l'initiative, on ne les embêtera pas trop s'ils ne font rien de ce que les utilisateurs proposent comme amélioration.


Problème : La pluie de choses à améliorer visible par tous va surement en agacer plus d'un au marketing produit et au staff technique d'Office, surtout que c'est un bon moyen pour le concurrent Google de voir les points de frustrations des Office users.

- Les salariés des SSII de se lachent sur twitter - Yahoo!

commentaire : Là c'est toute la magie de Twitter, Facebook & co. qui deviennent une plaie pour les entreprises qui "ont des choses à se reprocher.

Une autre menace vient également des sites dédiés à la notation d'employeurs type "ratemyemployer.ca"... qui synthétisent plein d'avis donc donnent de la crédibilité à l'avis donné.


A moins de jouer le management de la terreur en coupant les têtes de ceux qui disent des choses à ne pas dire et en trackant tous ce que ses employés disent (compliqué), il n'y a pas d'autres solutions que d'enlever aux mécontents les raisons de dire du mal de leur entreprise en s'attaquant aux problèmes qui ressortent des critiques (même s'il y aura toujours des mécontents).

Comme avec des clients en fait...

Wednesday, August 12, 2009

La sphère privée n’exitera plus avec les TIC

On nous dit de nous protéger des attaques, de verrouiller nos profils, de ne pas laisser trainer d'infos trop précises sur nous, mais finalement, il semble que le pouvoir législatif et judiciaire est en train de progressivement rendre nos vies et activités (potentiellement) transparentes.

Pourquoi potentiellement ?
Car ce n'est actuellement qu'en cas d'usage de certains mots, ou en cas de "choses" à résoudre (divorces, délits, etc.) que la "transparence totale" sur nos actes traçables numériquement semble activée.

Au final, j'ai bien l'impression que la notion de sphère privée va disparaitre, tous nos actes seront soit publics, soit potentiellement publics ...sauf si on se rend intraçable... ou qu'on sort de la Matrice ;)

L'article de NetEco qui m'a inspiré :
Trois provinces chinoises veulent "épurer" le contenu des SMS

Edit 02/12/2010 : L'affaire des cables wikileaks montre que on est sur ce chemin... comme les licenciements Facebook d'Alten


Fidéliser ses lecteurs : par le lien social et l’authenticité avanttout ?

De temps en temps, hors enjeux professionnel ou addiction certaine, on fait un tri dans sa liste de blogs/twitts lus.
En général la règle qui s'applique est celle de l'éviction des blogs/comptes Twitter les moins pertinents. Pour mon cas, la coupe est drastique en général, c'est les 50/50. (les 20/80 c'est trop rude).

Mais un autre critère sur lequel je souhaite insister entre en ligne de compte et je m'en rends plus compte depuis que j'utilise twitter, le lien avec celui/celle que je suis :

  • Une personne que je suis et avec qui j'échange sur Twitter, avec qui j'échange sur son blog, ou que je connais IRL, je ne la supprimerai jamais de mes feeds lus, justement parce que ce n'est plus juste un blog ou un feed Twitter, c'est une personne avec qui j'ai un lien.

  • Un blogueur dont la teneur des posts respire le vrai, l'humain, l'authenticité, l'envie de partager ce qui le passionne, je ne le supprimerai jamais non plus de mes feeds lus (même sans échanges via commentaires, Twitter, ou IRL).
Conclusion : Je me dis que pour un blogueur occasionnel et amateur qui n'aura jamais la capacité à produire quotidiennement des billets riches d'infos inédites et fouillées comme RWW, il faut juste être vrai et humain, donc social (sans dire n'importe quoi sur tout et rien non plus, cohérence et qualité sont aussi importants).
En relisant ma conclusion je me dis que c'est pas avec des non-stratégies comme ça qu'on doit se hisser dans les hauteurs du top wikio et que j'enfonce peut être une porte ouverte mais bon... :)
PS 1 : Personnellement, je ne supprime presque jamais un feed de mon Google reader, je le classe dans un dossier "plus lus".
Je conserve ainsi mes sources "trusted" dans un repository qui continue à indexer leur flux, ce qui me permet de faire des recherches ciblées sur celles-ci.. ... et ce qui me permet aussi de les remonter dans mes dossiers lus si mes centres d'intérêts bougent.

PS 2 : ce sont les commentaire d'un précédent billet qui m'ont inspiré ce post.

Friday, August 7, 2009

Twitter, finalement, on y va pour l’info ou pour le reste ?

J'ai beaucoup rêvé d'un système de read/unread dans Twitter, à la manière d'un Google reader, avec un aideRSS qui viendrait coller un PR à chaque twitt pour filtrer le tout....

Cependant, l'absence de notion de "read/unread" n'ajoute t-elle pas finalement un certain charme à cet outil ?

On sait qu'on ne lira pas tout, le hasard, la chance, reprend ses droits face aux algorithmes, on vient écouter, partager, découvrir des personnes, des avis, des univers, sentir des mouvements, des tendances, se mettre dans le rythme des updates, si différent de tous les autres médias sociaux qu'on avait entre les mains jusqu'à présent...

C'est à ce demander si "on y va" pour l'information en elle même...ou pour l'interaction (la relation humaine ?), l'ambiance, le rythme effréné des messages, l'idée un peu romantique qu'on va découvrir des gens géniaux, et tout le reste (comme on va dans un bar finalement pas pour boire un verre ou un café, ce qu'on peut très bien faire chez soi pour 5 fois moins cher, mais pour tout le reste...).

PS : on peut surement dire la même chose de Friendfeed, mais je ne suis pas encore super à l'aise avec...

La plaie du monde : le stockage de l’énergie ?

Les batteries (de mobiles) explosent, durent un rien de temps, c'est embêtant...
Au delà de ça, j'ai bien l'impression que ce problème de stockage et de restitution d'énergie est un problème clé de notre planète...

Si on arrivait a faire de vrai batteries (cad pas hors de prix, fiables, qui durent des semaines, voir des mois et se rechargent vite) pour l'ensemble des engins motorisés (du mobile à la voiture, voir à l'avion), on respirerai mieux, on entendrai de nouveaux les oiseaux, et on arrêterai ainsi de détruire doucement mais surement notre planète...

Si on pouvait stocker l'électricité (captée depuis les éclairs par exemple, ou même, tout bêtement, des centrales) tout serait plus simple, l'équation énergétique, plus simple à résoudre...

Après, reste aussi la piste de l'électricité wireless et donc du rechargement en continu...

Sunday, August 2, 2009

Le personal branding autorise t-il la diversité ?

Question de départ :
Twitter, facebook, frienfeed, les blogs personnels, toutes ces outils ne forcent-ils pas les individus à êtres des individus de niche hyperspécialisés ?
Je ne vais pas réexpliquer ce qu'est le Personal Branding, des personnes telles que Fadhila font ça parfaitement.

Je me demande si cette tendance à faire de soi une marque ne tend pas a transformer les individus en une entité qui pour "survivre" et être vu devra se spécialiser dans ses "avantages comparatifs".

En effet, ile me semble que si l'on veut capter une audience, réunir une communauté, il faudra choisir sa spécialité.
On ne réunira pas une communauté derrière soi si on parle cuisine, puis geekeries, puis musique classique, puis enjeux énergétiques, puis évolutions du marketing, puis re-geekeries...
Or, si j'ai pris mes propres centres d'intérêt dans l'exemple, il me semble que chacun est multifacette, éclectique, à divers degrés.

Que faire alors ???

Choix 1 : Y aller à fond sur une spécialité avec l'objectif de devenir un expert reconnu de cette spécialité et ne parler que de ça en créant un blog (+ compte twitter ou autre) (quitte à se faire un blog "off", avec ses "facettes récessives" -finalement toutes les autres- dedans).

Avantages : On a une chance d'arriver a être effectivement reconnu.
Inconvénients : On s'auto-censure, en "cleanant" ses propos, en virant ce qui s'écarte de la "ligne éditoriale", pas forcément agréable. Aussi, on pourrait devenir ennuyeux de toujours "dire la même chose" (je caricature)...(et finir par s'ennuyer soi même).
Dans quels cas : Si on fait du consulting sur le dit thème du blog, si on veut se faire embaucher, si on veut de la reconnaissance, de la gloire (être invité aux event "blogueurs influents" être pote avec les blogueurs influents de sa niche, gagner de l'argent avec les pubs de son blog).
Personal branding ? A fond, avec ses spécialités comme carte de visite.

Choix 2 : Admettre ses multiples facettes et les afficher en se créant un blog par facette : Si je prends mon cas : un blog de cuisine, un blog de marketing, un blog "mais ou va le monde et que sera demain", un blog geekeries.

Avantages : On a de quoi laisser sa personnalité s'exprimer.
Inconvénients : Les journées ne font que 24h dont minimum 8 au boulot, c'est difficile d'alimenter relativement souvent de nombreux blogs, et on peut être déçu d'éparpiller ses passions sur plusieurs supports...
Dans quels cas : Si on est très motivé, très bavard, (homme/femme au foyer et capable de geler le temps ?)
Personal branding ? Si on arrive a tenir la route sur la quantité/qualité produite, on sera une marque à la Samsung, un conglomérat ! (si on arrive à tenir la route sur le contenu...).

Notes :

  • Entre choix 1 et choix 2
    Il y a une voie intermédiaire qui consiste a créer disons 2 ou 3 blogs sur ses grosses spécialités ou passions, et un 3e blog "off" qui me semble intéressante.

  • Contributeur externe ?
    Egalement, pour éviter l'explosion, il peut être intéressant de ne pas ouvrir 1 blog par passion mais de fournir des billets à des blogs ouverts à contributeurs (genre Bento Kawaii pour la cuisine) pour les passions où sa productivité est faible en se consacrant aux thèmes ou on se sent d'attaque pour tenir son blog seul (avec pourquoi pas des contributeurs externes ??).


Choix 3 : assumer sa personnalité multifacette et la partager avec les autres sur un seul et même support
Avantages : On est naturel, le lecteur voir clairement qui on est, à 360°, il peut ainsi devenir ami avec vous IRL, si il aime ce que vous racontez, des vrais liens se tissent, entre individus.
Inconvénients : Un lecteur qui aime mes articles sur le marketing 2.0, n'en aura que faire de ma recette des rouleaux de printemps (et finira pas me virer de ses RSS pour cause de pollution), on a pas de ligne éditoriale, ça part dans tous les sens, c'est brouillon, et jamais on arrivera a être reconnu comme un "cador" d'un sujet en faisant ça.
Dans quels cas : Si on n'a pas un objectif de performance (reconnaissance/lecteurs/pub/génération de lead/embauche), si le blogging est une activité "plaisir", si on est ravi d'avoir des lecteurs hors sphère famille/amis sans pour autant aller les chercher activement même si on est très fier de faire découvrir son "bébé" à tout le monde et que d'autres l'apprécient :).
Personal branding ? Je dirais oui, pas forcément sexy accessible et attirant au premier abord, mais si on donne du contenu de qualité, produit avec amour, si on est généreux, on est aussi dans une forme de personal branding (un peu hippie) :).

Je serai ravi d'avoir vos retours par twitter sur @mickael_b (quoi vous utilisez pas twitter ? bon bah va pour les commentaires alors...)