J'ai une théorie là dessus 3 : Il faut TOUT essayer, une fois

Notre cerveau est plastique.
Il se reconfigure constamment.

Il faut essayer, s’essayer, expérimenter, découvrir:
Faire des incursions dans un milieu social qui n’est pas le sien, un comportement qui n’est pas le sien, une attitude qui n'est pas la sienne, une vie qui n'est pas la sienne, un fréquence vocale qui n'est pas la sienne, un poids qui n'est pas le sien, un régime alimentaire qui n'est pas le sien, etc. (mettez le mot que vous voulez suivi de "qui n'est pas le sien/la sienne"). Goutez, sentez, touchez.

En effet, l’apport d’expérience obtenu par le premier essai de quelque chose est le plus fort. De loin.
Il reconfigure immédiatement le cerveau immédiatement.

Essayez le roller 5 minutes vous apprendra immédiatement un set de sensations liées à la glisse : vibration, son, déséquilibre, impression de vitesse, muscles sollicités différentes de d'habitude, peur.

Louer une villa une nuit (si vous habitez dans un appartement de taille modeste d'habitude) vous fera découvrir un autre mode de vie, une autre vie. En une journée, votre cerveau est comme mis à jour. Vous savez ce qu'est l'espace, devoir marcher longtemps pour aller se servir un verre d'eau, ne pas voir les personnes qui vivent avec vous dans son champs de vision, ne pas les entendre même, pouvoir recevoir beaucoup de personnes spontanément.

Prenez une bouffée de cigarette et vous aurez une aperçu du quotidien des fumeurs : odeur, forme d'asphyxie paradoxalement relaxante, le geste, l'haleine.

Allez voir une messe si vous n'avez pas de background catholique et vous capterez immédiatement plein de choses. La procédure, le cérémonial autour du pain et du vin, l'odeur, les ténues, les mots, les sons, le style des présents, leur body language, etc.

Externalité très intéressante :

Maintenant que vous "savez" vous pouvez échanger davantage, apprendre davantage.
A partir du moment où vous avez fait du roller une fois, vous pouvez parler avec quelqu'un qui fait du roller depuis longtemps. Vous pouvez comprendre ce qu'il dit, comprendre pourquoi il s'est blessé tel muscle car en effet, vous vous rappelez que ce muscle était très sollicité lors de la poussée. Vous pouvez ainsi apprendre plus de cette personne.
Pareil pour la villa. Un ami loue une villa et vous en parle, vous avez maintenant des points de repères pour comparer, discuter. Il pourra ainsi échanger avec vous et vous apprendre des choses.
Pareil pour la messe. Vous pouvez échanger avec une personne religieuse, pas forcément avoir un avis mais au moins comprendre le sien. Vous pouvez même par extension comparer une messe catholique et protestante en parlant avec un protestant et ainsi apprendre comment marche une messe protestante.


Externalité marrante :

Le cerveau des autres se reconfigure aussi constamment.
Car le cerveau est plastique, génial et... plutôt feignant. Il adore les raccourcis.
Un ami vous voit une fois faire du roller, sauf si vous lui dites explicitement que c'est la première (et dernière fois ?), il jugera que "vous faites du roller".
Un ami voit une photo que vous prenez depuis l'Hemingway, le bar du Ritz, ils vous attribuera le statut de personne qui a un joli train de vie, même si c'est la seule fois de votre vie ou vous y mettez les pieds. Rien que le fait de lire que je connais le nom de ce bar (grâce à une interview de Beigbeder), vous m'avez déjà un peu catégorisé.
Essayer permet aussi cela, car l'habit fait le moine. Cela peut être un levier intéressant... ou pas.

PS: Quand je dis "tout", c'est bien entendu dans les limites de la loi et des règles de bienséance ;)
PS: La dérive est bien sur d'essayer plein de choses sans rien creuser. C'est stupide et rien ne sert de trop s'étendre sur le pourquoi
PS: Une autre dérive est de se dire "expert" d'un sujet après une très faible expérience. Même conclusion que l'autre dérive.


Popular posts from this blog

Brands will die if they continue to focus on list browsing and don't embrace conversational interactions

Global warming and climate change. Poor naming causes poor reactions.