Sunday, September 27, 2009

Les clés pour un monde meilleur : finance, énergie, alimentation,internet



Titre hyper pompeux, mais c'est bien ça mon objectif...
Depuis quelques années, je prends plaisir à tenter de découvrir des livres, articles, émissions, qui tentent de décrypter les sources des "maux" de notre planète et à identifier les clés pour que nous évitions de la laminer.


Cet article tente de les répertorier, sans trop palabrer, a vocation à être mis à jour, ... et part un peu dans tous les sens il faut bien l'avouer.


La finance toute puissante

Sur telerama.fr, on peut trouver un article en 2 parties (partie 1partie 2) de Frédéric Lordon, économiste.

Il établit un constat lucide sur la finance mondiale, ses étroits liens avec les élites politiques, sur ce qui s'est passé en 2008 et ce qui se passera surement encore vu que pas grand chose a changé.


L'alimentation dans le monde

Sur liberation.fr, un article d'une ingénieur agronome engagée, Aurélie Trouvé, explique la situation actuelle de l'alimentation dans le monde et ce vers quoi nous allons si nous ne changeons pas notre régime alimentaire (tres axé sur la viande), si les pays "moins développés" adoptent notre régime plein de viande, et si le trio FMI, Banque mondiale et OMC continuent de pousser le libéralisme et la mondialisation (je profite de citer ces mots vous renvoyer vers la bible de l'altermondialisme : No Logo).

Derrière cet article, on voit aussi poindre le problème des OGM que l'horrifiant "Le monde selon Monsanto" décortique avec précision.


La formation des élites et de tous

Un clip de pub pour HEC Paris par HEC Paris (oui on aurait pu croire que c'est une caricature faite par un mouvement de gauche) et un récent ouvrage "J'ai fait HEC et je m'en excuse" mettent l'emphase sur les lacunes de la formation des élites économiques, qui génèrerait des armées de requins avides de profits complètement décomplexés vis-à-vis des impacts de ce comportement.

J'ai eu mon BAC en 2002 et mon Master en 2007 (bref, c'est il y a pas longtemps), et jamais on ne m'a parlé de protection de la planète, d'éthique, de réchauffement climatique, très peu de développement durable (sauf comme d'un argument marketing)... donc je confirme qu'il y a une marge de progrès...

Hors filiale économique, on peut se demander s'il n'y a pas des les mêmes lacunes dans la formation des autres usines à élites (SciencePo, Polytechnique, X Telecom, Ponts et Chaussées, etc.) et plus globalement dans les formation de toute la population (de la maternelle au BAC).




L'énergie

C'est ma lecture du livre "Le plein s'il vous plait, la solution au problème de l'énergie" qui, au delà de son titre un peu racoleur, m'a beaucoup appris sur les enjeux de notre consommation d'énergie et du pétrole pas cher.

Après on constat superbe sur la situation écologique et économique actuelle, basée sur un pétrole "donné", il propose de monter progressivement le prix du pétrole pour obliger notre économie, notre mode de vie, à se désintoxiquer de ce liquide de toute façon amené a disparaitre et aux effets sur notre planète néfastes.

Lire le livre pour plus de détails.

En parallèle de la fin du pétrole, les progrès en matière d'énergies renouvelables sont un thème également passionnant : Le pétrole est pas cher et les contraintes écologiques encore faible sur l'économie, mais le dernier salon auto de Francfort montre que peut être, on vient de franchir un cap...

Lorsque l'on parle d'économie d'énergie on peut aller fouiller partout, j'ai récemment vu des choses sur  l'écologie de l'habitat, des services municipaux, ou écris quelque chose sur la remise en question de notre consommation d'eau potable.



Internet

Rien à voir avec les autres thèmes, mais il me semble que sans internet, les réseaux sociaux, le web2.0, le haut débit, jamais je n'aurai eu accès à 1/10e du contenu que j'ai pu lire, écouter, visionner.

Le temps où les 6 chaines hertziennes étaient l'alpha et l'oméga est révolu pour de plus en plus d'individus, cette évolution est un vecteur de modification des comportements et de prise de conscience central.

... même si le contenu que l'on trouve sur internet est inégal, et que l'internaute lambda, moi y compris, n'ont pas forcément le  background nécessaire pour comprendre et assimiler les thèses les plus pointues disponibles ... et l'envie de s'y pencher !





What else ?


Je suis ouvert à vos remarques et vos suggestions de compléments !




Friday, September 18, 2009

Impressions de Thaïlande (3) : Le coût salarial faible « effect »

En Thaïlande, le salaire est bas. Comme dans beaucoup de PVD d'ailleurs.

Qu'est ce que cela signifie
Cela signifie beaucoup d'employés.

Et alors ?
Et alors ça change tout. Sans jouer le passéiste et l'anti progrès-technique, le faible coût salarial le rend plus "rentable" qu'une automatisation de tout.

A Bangkok, il y a des policiers partout, et ils sont pas à courir le PV ou les yeux rivés sur un radar, ils sont là, dans le métro (ou plutot le Skytrain), à vérifier que tout roule, à indiquer le chemin, à être là au cas où...(ils sont aussi là pour surveiller que tout le monde paye au portique d'entrée bien entendu, 1 entrée de metro = 1 policier !!!)

Dans la gare de Bangkok, y a des dizaines de guichets ouverts à partir de 5h du matin jusqu'à au moins 20h, des gens là juste pour informer, partout, des humains...

Dans les restaurants, 5 convives signifie bien souvent des plats servis (un peu aléatoirement) par presque autant de serveurs...(avec souvent des bourdes !)

Les petits magasins de poche, qui ne seraient pas rentable en France à cause du coût salarial sont partout... En france on en aurait fait une grande surface avec 2 vendeurs et basta !

Pas de distributeurs automatiques de boissons là-bas, les petits vendeurs de rue sont partout.
Pas de fermeture pour les "convenience store" 7-eleven ouverts 24h/24, 7j/7, et présents à chaque coin de rue...
Dans les hôtels, les résidences, des gardiens sont là, prêts à rendre service...
etc...


Avec un salaire bas, on ne recherche pas à virer le plus de monde possible en cherchant à charger à la limite du supportable ceux qui ne sont pas virés.
On optimise pas les process de vente, de service à leur paroxysme...

Les Thaï sont cool, ils prennent le temps de sourire, de bavarder, de plaisanter, de vivre...

Certes, ils seront vraiment pas beaucoup payés pour certains, certes, cela laisse la porte ouverte à la corruption, certes certains ne s'achèteront jamais de montre de marque, ne voyageront peut être pas plus de quelques fois dans leur vie hors d'Asie,
...mais ils ne se suicideront pas au travail à cause de la pression, du stress, ne vivront pas dans un monde déshumanisé au possible et ne tourneront pas au Prozac toute leur vie, comme on peut le voir dans des pays dit développés...

Ce post est complètement contestable... mais je trouve intéressant de regarder aussi cette face des choses

Thursday, September 17, 2009

Impressions de Thaïlande (2) : Le Food court

Quesqu'un "Food court" ?

C'est ça :


photo source : fantomdesigns

Je m'explique.

Un "Food court" est une zone pleine de tables et de chaises (et de jolies filles qui poussent à la consommation de bière en mini jupe Heineken ou Tiger Beer parfois !).
Autour, plein de petites echopes qui proposent à manger et à boire.

En option : un scène et des gens qui font de la musique dessus (c'est le cas du Food Court en photo qui est celui du Suan Lum Night Bazaar de Bangkok).


Le principe est le suivant :

Vous allez convertir des Bath (monnaie Thaï) en tickets, dont le montant correspond à la somme convertie.

Avec ces tickets, vous pouvez aller acheter des plats, à boire, dans les échoppes du food court.

Paradoxalement, ces échoppes n'acceptent pas les "vrai billets", ils ne prennent que les tickets.


Une fois le repas terminé, vous repassez à la caisse pour le "refund", pour qu'on vous reconvertisse la "monnaie ticket" du food court en vrai monnaie, rien n'est perdu donc !

Le prix des repas est normal, moins de 2€ le plat et environ 1 € le fruit shake...

J'ai trouvé ce concept de passage d'une monnaie à une autre surprenante... Par contre, je n'ai pas encore bien compris l'intérêt du système....

Est-ce que, payer en tickets boost le pannier moyen ?

Est-ce qu c'est un moyen de capter le consommateur ?


Vous avez une idée de raison de s'embêter à ce petit travail de conversion ?

Impressions de Thaïlande (1) : Pourquoi se doucher à l’eau potable ?

En quelques mots, l'objet de ce billet et de quelques autres qui vont suivre est de vous livrer, quelques impressions et réflexions sur le mode de vie des Thaï (par rapport au mien), suite aux vacances que j'ai passé là-bas...


Pourquoi se doucher à l'eau potable ?


En Thaïlande, l'eau "du robinet" n'est pas considérée comme potable (du moins par les gens que j'ai côtoyé).

Première réaction : Olala, le retour à l'Age de pierre !


Puis, avec le temps, je me suis demandé si, dans nos pays dits "développés", nous n'étions pas complètement stupides de prendre des bains, des douches, de faire la vaisselle, la lessive, tirer la chasse, etc. avec de l'eau parfaitement potable !!!

En effet, l'eau est souvent vu comme un des prochain enjeux géostratégique mondial clé, des millions de personnes souffrent du manque d'eau, les nappes phréatiques du monde entier se vident, etc....


OK, avoir de l'eau potable "au robinet", c'est sympa, mais, est-ce bien responsable et lucide dans le contexte actuel ? Pour moi, c'est clair : NON

Nous buvons entre 1 et 3 litres d'eau par jour. Pour une quantité si infime de besoin d'eau potable, avons-nous besoin d'avoir un (voir deux ou plus) robinet d'eau potable par appartement ?

Je vous laisse vous faire votre avis ... (et le donner !)


Prochain billet "Impressions de Thaïlande" :
Le coût salarial faible "effect"


Note additionnelle 17/09/09 :
En complément, un article intéressant de Ecolo-Info sur les toilettes sèches, parce que comme cité dans l'article :

"-Les chasses d’eau utilisent 25 à 40 % de la consommation d’eau des ménages.
-Les chasses d’eau apportent 80 % de la pollution physico-chimique et près de 100 % de la pollution bactérienne dans les eaux usées.
- L’invention des toilettes reste la pire des inventions au niveau écologique, devant le nucléaire"

Note additionnelle 08/11/09 :
25% de l'eau potable gaspillées à cause des canalisations pourries selon le JDD