Sunday, January 24, 2016

Plethora of choices is outdated. How internet will change our life again.

The world is re-concentrating.

Before the internet:
- if you wanted to travel you just called your local agency or went there.
- if you wanted to eat, you went to your local supermarkets.
- if you wanted a took, you went to the places around you selling tools.
- if you wanted a computer, you went to the local computer vendors or malls.
- if you wanted someone to repair something, you asked your friend and checked the yellow pages.
- if you wanted to know if the new restaurant in the 11th street was right, you had to test it, ask friends or check restaurant reviews in the newspaper.

Business was very concentrated. We had few choices.
Were we less happy?
No.
We did less stuff, for sure and stuff were more expensive.
Again, did it make us less happy?
No.

Then the internet arrived. Boom. It came with a plethora of choices.
As much everything as we want, even more.
After 20-30 years liking it, hunting discounts, flash sales, private sales, price comparators, etc. what's the next step.
The next step is re-concentration.

Facebook leads social media.
Google leads search.
Apple leads smartphone business.
Uber leads taxi business.
AirBnB leads home rental business.
Netflix leads streaming business.

People like these mastodons.
Why?
Because it makes their life easy.
They have few choice to make.

A search? Google
A taxi? Uber.
A restaurant to find? Yelp
A restaurant to book? OpenTable.
A film? Netflix.
Something else? I ask Siri.

Maybe I'm wrong but I think people love making few choices.
Choosing between 2, ok but plethora is outdated.
We got addicted by they internet promise: take control of everything, have a sur mesure life.
Entrepreneurs got addicted by the internet promise: you can launch your business and conquer the world.

At the end, a leader will take most of the business and other will struggle.
Is it dangerous use only one vendor?
I don't know.
Uber and its surging price is  too much sometimes...
I don't know yet.




Why we don't take our Uber driver's phone number to skip Uber fee?

We could take the phone number of Uber drivers and skip Uber fee.
We could skip Amazon marketplace fee and deal directly with the marketplace vendor.
We could skip AirBnB and skip AirBnB fee.
We don't.
Why?
Because we like to be reassured by an intermediate guaranteeing a good trade.
Indeed, they do this trade at scale and in a very packaged way.  We feel good using them.
We like smooth experiences and avoiding risks.
Trading is a risk.
I'm not sure humans like risks, and thus, I'm not sure they like trading.
We did that before the internet. We had no choice. Now we have.


Sunday, January 17, 2016

Tech companies are packaging and scaling unpacked and unscaled verticals

After a first post about the rise of anonymous jobs, I'm quite inspired.
This one is about scaling and packaging the world.

Uber: you don't know who the driver is, and you don't care. Indeed, Uber guarantee you he's good.
Amazon marketplace: you don't care who the vendor is, and you don't care. Indeed, Uber guarantee you he's good.
Spotify/Deezer playlists: you don't care which artists are in it and who built them. Spotify guarantees you they're right for you and popular.
Food delivery (Uber Eat, Foodcheri): you don't know who cooked it. These services guarantee you it's good.

If you prepare food for Uber Eats, if you're an artist distributed on Spotify, if you're a Uber driver, if you're an Amazon marketplace vendor, you're anonymous. You're easily replaceable.

Business as usual, isn't it? Yes.
Most of the people are anonymous in their job.

Tech giants and startups are just packaging and scaling unscaled and unpacked verticals. They act as hubs or intermediates guaranteeing the service vs. money trade.
Business as usual, isn't it? Yes.
When you buy a Sony TV or an Apple phone or subscribe to an AT&T contract, you purchase the guarantee to have aa good TV, a good phone and a good mobile network access.

Sunday, January 10, 2016

GDP growth is over. Should we be afraid? No.

The World is finite.
So consumption growth is finite.
As a result, I see a GDP growth less world coming.

But a growth less world can create a lot of opportunities and jobs.

Indeed, the world is changing very fast.
E-commerce is rising, sharing economy is booming, robots and drones markets are exploding, etc.

Unemployment won't be bigger without GDP growth. 
Market caps won't go down without GDP growth. I mean, for companies who position themselves carefully's like GAFAs, major e-commerce firms like Nike or Burberry.

Why?
Reshaping the world requires people, companies, innovation.
World's big shifts like automation and robotisation are responsible for most of the job cuts. 
See automated buses in the UK  and this article (in French) mentioning a survey saying 2M jobs might be cut due to automation. The absence of growth is a poor contributor.
And by the way, the existence of growth doesn't create jobs. It creates market caps, bubbles and dividends. 
Moreover, countries with significant GDP growth often invest in cutting age technologies... cutting jobs.

So should we consider employment as the new key indicator?
Maybe. Employment and poverty.

GDP is a very old indicator.
An indicator of what? 
I let you decide.

Wednesday, January 6, 2016

Mes lectures 2015 préférées

Voici les lectures qui m'ont marqué en 2015.
Je ne mets pas les liens Amazon pour faire plaisir à mes friends & family editeurs et libraires :)
The Life-Changing Magic of Tidying Up: Marie Kondo, (jolie) gourou Japonaise du rangement, explique pourquoi on doit jeter tout ce qui ne nous rend pas heureux. 
J'avais déjà cette tendance à l'ascetisme avant mais cette lecture m'a décomplexé. Gros déclic.
Je ne possède plus grand chose, je n'achète plus grand chose, je dépense plutôt mon argent en expériences/services qui ne s'entassent pas et j'adore ça. 

Pratique de la voie tibetaine : Plein de sujets abordés par Chögyam Trungpa, sommité boudhiste. Je commence à avoir lu une paquet de livres sur le sujet, celui là était très sympa. Le format d'entretiens concrets sur des sujets de la vie sans prétentions le rend trés agréable.

The Secret : Best seller sur le développement personnel aux US. Un peu niais à première vue, comme beaucoup de livres de dévelopement personnel me direz vous. Il suffirait de penser à ce qu'on veut positivement pour l'avoir. La vie serait un buffet, il suffirait de se lever et se servir. Il y a beaucoup de points sympa à appliquer cependant, assez proche des principe boudhistes pour la pluspart.

Just Kids : La vie de Patti Smith. Rien à ajouter. Sa vie, sa personnalité et son époque étaient top. J'ai beaucoup appris. Merci Guy-Alexandre pour le cadeau.

Rencontre du Bouddhisme et de l'Occident : Très pointu. J'en retiens une notion clé: intellectuels ou pas, on ne comprend rien aux autres cultures. On ne fait que percevoir des choses en fonction de notre contexte, de nos aspirations du moment et à prendre ce qui nous intéresse. Merci Steph & So pour le cadeau.

L'avenir climatique : Un vieux livre de Jancovici, mon gourou sur le sujet de l'environnement et de l'énergie. Le dernier chapitre qui liste ce qu'il faudrait faire pour éviter un mur climatique est magnfique. Si vous n'en avez pas lu de lui, lisez en un, celui-ci ou un autre, et dites moi si vous en sortez indemnes. Moi je ne m'en suis jamais remis. Je regrette depuis de ne pas avoir été ingé :)

Zero sucre : Le sucre pur est un poison. C'est à peu près aussi néfaste que l'alcool. L'industrie du sucre est redoutable. Déclic. Je ne le sors pas totalement de mon alimentation mais j'ai compris la leçon.

L'imaginaire érotique au Japon : J'ai acheté ce livre sur un coup de tête lubrique car les images étaient vraiment surprenantes pour le prude occidental que je suis, mais finalement il m'a appris plus que la culture japonaise que n'importe quel autre reportage ou livre sur le sujet, et pourtant j'en ai vu. Le contenu est vraiment top. Notez que sur la couverture, la femme ligotée n'a... pas de poitrine. Voilà voilà.


Saturday, January 2, 2016

Is travel the greatest wealthy people's drug?

People around me only talk about travel. Travel is always on listed as a hobby in resumes.
A weekend seems to be cool, only if you travel. Same for holidays.

Why? 
Does staying home suck so much?
Does the city where you live suck so much?
Are you travelling to escape temporarily from your life, don't you think you should fix your life?
What is the outcome of seeing monuments?
What do you expect when you travel?
Do you travel for yourself or others?
Do you think putting travel on your resume hobbies makes any sense for the person reading it?
Can't you spend the energy you spend planning trips more wisely?
Don't you think marketing dictate you the place you crave for visiting? 
Don't you think traveling without living with locals and being useful to them is like going to the zoo? 

Michel Onfray, a philosopher, says that when we travel we seek ourselves. 

I'd add, traveling is the simplest way to make our life interesting. 
It's universal, everybody likes it, it gives a cool image. Everybody thinks someone traveling has a divine life. Period.
I travel therefore I am.
Or not.

PS: I love travelling and travel a lot. I just want to point some social aspects of the travel activity.



Décryptage : la popularité de nos leaders politiques

Sondage super intéressant messieurs-dames.
Je parle en Français car c'est de la pure politique Française et je me lance dans le décryptage car la désinformation des médias Français m'attriste.

2 sources : une et deux.

En bref :
Les Français veulent une réforme de notre bonne vieille Ve République. C'est franc et net. 
Les leaders historiques de gauche, droite, parti ecologiste et extrême gauche sont peu crédibles. L'extrême droite échappe à la curée, sûrement parce qu'ils ont fait le ménage en écartant leur leader historique, Jean-Marie.
La droite a son champion de popularité incontestable, rompu à l'exercice politique, mais en incohérence avec le désir de renouvellement des Français, Juppé. Elle a aussi beaucoup de leaders assez jeunes et moyennement populaires : Le Maire, Pecresse, NKM, etc.
La gauche a 2 leaders jeunes, nouveaux, plutôt populaires ET actuellement au pouvoir, ce qui est une combinaison pas aisée : Macron et dans une moindre mesure, Valls.
L'extrême droite à 2 leaders féminines, plutôt jeunes, plutôt populaires. Marion et dans une moindre mesure, Marine.

En détail :
Le Parisien titre sur le rejet de Hollande et Sarkozy pour les présidentielles 2017 alors que c'est un point parmi d'autres très intéressants, et dont je vais parler, de cette enquête.
Comme d'habitude finalement. Peu importe ce qu'ils font, les médias adorent basher et décrédibiliser nos leaders politiques, qu'ils appellent "classe politique" pour faire un peu lutte des classes. Ils ne font que ça. Ils nous ont formatés à adorer ça donc ça plait, ça fait le buzz. En bonus, ça fait monter les extrêmes, ça fait vaciller notre démocratie représentative et ça faut peur... et les journaux ne vendent jamais autant que quand les gens ont peur. 
Voir cet article sur ce sujet.

Bref, pour en revenir à ce sondage,
Le plus plébiscité par les Français interrogés pour la présidentielle de 2017 est Juppé, à 56% (sur une liste, j'imagine fermée par l'institut de sondage Odoxa).
Le Parisien dit que c'est le "seul". Que nenni. 
Ensuite viennent Valls à 38%, Le Pen (Marine) à 37%, Bayrou à 33%, Sarkozy et Hollande à 24%, puis Melanchon (un peu au-dessus de 20%) et Duflot (vers 15%).

Conclusion: Juppé au top, Valls, Le Pen, Bayrou 20 points derrière, les autres 10 points encore en dessous.

Je suis étonné que Valls soit le second préféré. Les leaders politiques au pouvoir sont souvent moins populaires, surtout sous le mandat Hollande, intensivement bashé. Etonnant n'est ce pas ?

Le joli travail marketing du FN paye. Marine n'est pas au top mais elle est dans le peloton des pas trop decredibilisés. Le FN s'est banalisé.
Sinon, les Français interrogés ont plein de bonnes idées: non cumul, limiter la carrière politique à 10 ans, etc. Cf.:

C'est assez clair. La France a besoin d'un petit Mai 68 politique. Les actuels leaders ont un joli coup à jouer pour avoir leurs noms dans les livres d'histoires.
Point intéressant, avec plus de 70 ans au compteur et bien 30 en politique, le chouchou Juppé serait éliminé si le gouvernement appliquait les mesures listées ci-dessus.

Enfin, qui incarne le renouveau politique ?
Macron à 55%. Le Pen (Marion) 10 points en dessous, un gros peloton 10 points en dessous: Le Maire, Wauquiez, NKM, etc. (Encore une fois, la liste devait être fermée).

Là le FN est plus que normal, il surclasse quasi tout le monde. Le pari de propulser une vingtenaire paye. Encore un joli coup de stratégie marketing.

Le score de Macron m'impressionne. En exercice sous le mandat Hollande, il surclasse tout le monde en crédibilité. Je n'aurais pas misé un kopeck sur ce score. Et vous ?
En bref (bis, car j'ai mis la conclusion en intro déjà):
Les Français veulent une réforme de notre bonne vieille Ve République. C'est franc et net.
Les leaders historiques de gauche, droite, parti ecologiste et extrême gauche sont peu crédibles, l'extrême droite échappe à la curée, sûrement parce qu'ils ont fait le ménage en écartant leur leader historique, Jean-Marie.
La droite a son champion de popularité incontestable, rompu à l'exercice politique, mais en incohérence avec le désir de renouvellement des Français, Juppé. Elle a aussi beaucoup de leaders assez jeunes et moyennement populaires : Le Maire, Pecresse, NKM, etc.
La gauche a 2 leaders jeunes, nouveaux, plutôt populaires ET actuellement au pouvoir, ce qui n'est pas une combinaison aisée : Macron et dans une moindre mesure, Valls.
L'extrême droite à 2 leaders féminines, plutôt jeunes, plutôt populaires. Marion et dans une moindre mesure, Marine.

Faites vos jeux !