Monday, September 17, 2012

Social Media in love with email

On oppose souvent réseaux sociaux et email, en expliquant que les premiers vont tuer le second, accaparent toute la disponibilité des individus.
Or il me semble que ce n'est pas si simple. Comme la télé n'a pas été remplacée par le web et qu'elle n'a elle même pas remplacée la radio, réseaux sociaux et email ne se cannibalisent pas, ils se complètent.
Comme le dit Forrester, "Social Media is not an island" !

J'ai récemment publié un billet sur le sujet dans les colonnes du blog de Neolane .
Il montre à quel point les réseaux sociaux reposent sur l'email pour générer de l'engagement et l'usage des individus est cross-canal.
Pour le découvrir :
Social Media’s Love for Email Marketing & Personalized Messaging

Monday, September 10, 2012

La personnalisation de l'expérience web

La personnalisation de l’expérience web est un volet du marketing qui me passionne.
C'est pour moi le sujet de demain (celui d'aujourd'hui étant la personnalisation des communications sortantes type email).

Tout le monde connait les recommandations personnalisées d'Amazon, les grands pionniers et experts du sujet.
Cependant, la personnalisation des site web peut aller au delà de la promotion de produits qui pourraient vous intéresser en fonction des pages vues et des précédents achats. Elle devient, je crois, bien plus intéressante et porteuse de valeur ajoutée quand elle prend en compte l'ensemble du profil d'un individu, et pas uniquement ses achats passés et ses pages vues.

J'ai récemment listé dans un billet publié sur le blog US de Neolane quelques exemples permettant de transformer son site web en mine d'or: Transforming Your Website into a Goldmine.

J'y aborde notamment 3 usecases de personnalisation :

  • l'un autour de la personnalisation de l’expérience en fonction de sa condition d'abonné à la newsletter d'une marque et des clics qu'on a pu y faire,
  • l'un autour de la proposition de contenus dédiés aux individus jamais venu sur le site avant et pas abonné à la newsletter,
  • et un dernier autour de la personnalisation en fonction d'un statut particulier tel que "client VIP ou autres,
Personnalisation de l’expérience web

Saturday, September 1, 2012

L'Ecologie vue par un philosophe : Michel Serres

English: French philosopher Michel Serres at t...
English: French philosopher Michel Serres at the 19th International Festival of Geography held in Saint-Dié-des-Vosges in October 2008 Français : Le philosophe Michel Serres au 19ème Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges (Photo credit: Wikipedia)
Sortir de la vision technique, experte à parfois du bon.
Deux extraits de textes de Michel Serres, philosophe, sur la pollution et le rapport de l'homme à la terre :

"Oubliez donc le mot environnement, usité en ces matières. Il suppose que nous autres hommes siégeons au centre d'un système de choses gravitant autour de nous, nombrils de l'univers, maîtres et possesseurs de la nature. Cela rappelle une ère révolue où le modèle géocentré reflétait notre narcissisme, manière de mépriser le monde. Non. Celui-ci a existé sans nos inimaginables ancêtres, pourrait bien aujourd'hui exister sans nous, existera demain ou plus tard encore sans aucun d'entre nos possibles descendants, alors que nous ne pouvons exister sans lui. De sorte qu'il faut bien le placer au centre et nous à sa périphérie, comme des parasites. Nous sommes devenus si peu maîtres du monde qu'à force de la maîtriser, il nous maîtrise enfin à son tour. Par lui, avec lui et en lui, nous partageons un même destin temporel. Il va nous posséder plus encore que nous le possédons. Ainsi les anciens parasites, mis en danger de mort par les excès commis sur leurs hôtes, deviennent obligatoirement des symbiotes.

Il faut donc changer de direction et oublier le cap imposé par la philosophie de Descartes. Toute maîtrise ne dure qu'un terme court et se renverse très vite en servitude ; la propriété, de même, est une emprise de court terme ou se termine par la destruction. Voici la bifurcation de l'histoire : ou la mort ou la symbiose."

"Retour à la nature signifie désormais : abandon du contrat exclusivement social et passation d'un contrat naturel de symbiose et de réciprocité où notre rapport aux choses laisserait maîtrise et possession pour le respect, l'écoute, l'admiration et même la contemplation. Connaissance ne signifiera plus propriété ni action maîtrise. Contrat d'armistice dans la guerre objective, contrat de symbiose : le symbiote admet le droit de l'hôte, alors que le parasite -notre statut actuel condamne à mort celui qu'il pille et qu'il habite sans prendre conscience qu'à terme il se condamne lui-même à disparaître. Le parasite prend tout et ne donne rien ; l'hôte donne tout et ne prend rien. Le droit de maîtrise et de propriété se réduit au parasitisme. Au contraire, le droit de symbiose se définit par réciprocité : autant la nature donne à l'homme, autant celui-ci doit rendre à celle-là, devenue sujet de droit."

Tout est dit, non ?
Enhanced by Zemanta